NOMAH

NOMAH’S LAND, Paysage d’avant corps

Autodidacte, Nomah a toutefois suivi plusieurs cours de peinture et de gravure initialement en parallèle avec une carrière de cardiologue universitaire (PU-PH cardiologie depuis 1997, CHU de Caen); En 2010 après une activité d’angioplasticien de plus d’une vingtaine d’année, il se consacre enfin à sa passion d’artiste plasticien. Lauréat du prix René Carré de la Fondation Taylor en 2018, il est récompensé pour son parcours singulier et ses travaux originaux.
Ses tableaux évoquent des voyages intérieurs, et nous plongent dans la vérité de notre condition. Un expressionnisme aux tonalités délicates, dans la richesse de variations chromatiques. Entre figuration et non-figuration pour évoquer des formes où l’on croit parfois reconnaître une partie d’organe, le cœur en particulier ; mais là n’est pas la démarche.
À partir de ce thème organique, il s’agit d’une recherche de jeux de couleurs, de valeurs, de transparences en des gammes de bleus fondus, de rouges profonds etc... Travailler
l’ombre à seule fin d’en extraire la lumière. Le terrain nutritif de l’âme première, archaïque, irréductible.
Entre construction et déconstruction, des morceaux de mondes imbriqués qui révèlent tout autant qu'ils cachent. La lumière d'une peinture appliquée qui tente de faire naître, par la thaumaturgie de l’art, des formes inédites et suggestives, un bestiaire condensé ou un paysage. Une peinture qui semble vouloir arracher au corps ses secrets et dévoiler son essence animale, dépouillée de ses prétentions à la recherche d’une nouvelle réalité. Mais c'est la vivacité finalement, la vie différente, le souffle vital malgré tout qui l’emporte. Une proposition de méditation sur notre condition humaine.

 

Nomah aube, 130x97cm, 2017

NOMAH,Aube,130x97cm-2017